+33 1 45 51 60 55 vea@vea.asso.fr

Z-Actualités en page d’accueil



« Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem » « Je te suivrai partout où tu iras » Edition du 30 juin 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,51-62

Comme s’accomplissait le temps
où il allait être enlevé au ciel,
Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem.
Il envoya, en avant de lui, des messagers ;
ceux-ci se mirent en route
et entrèrent dans un village de Samaritains
pour préparer sa venue.
Mais on refusa de le recevoir,
parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.
Voyant cela,
les disciples Jacques et Jean dirent :
« Seigneur, veux-tu que nous ordonnions
qu’un feu tombe du ciel et les détruise ? »
Mais Jésus, se retournant, les réprimanda.
Puis ils partirent pour un autre village.
En cours de route, un homme dit à Jésus :
« Je te suivrai partout où tu iras. »
Jésus lui déclara :
« Les renards ont des terriers,
les oiseaux du ciel ont des nids ;
mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
Il dit à un autre :
« Suis-moi. »
L’homme répondit :
« Seigneur, permets-moi d’aller d’abord
enterrer mon père. »
Mais Jésus répliqua :
« Laisse les morts enterrer leurs morts.
Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. »
Un autre encore lui dit :
« Je te suivrai, Seigneur ;
mais laisse-moi d’abord faire mes adieux
aux gens de ma maison. »
Jésus lui répondit :
« Quiconque met la main à la charrue,
puis regarde en arrière,
n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »

commentaire

Le mois de juin est souvent celui des ordinations de prêtres. Ces jeunes aujourd’hui qui s’engagent, posent plus que jamais question. Leur radicalité peut effrayer ou au contraire enthousiasmer. Lorsqu’ils racontent leur parcours, bien souvent, nous retrouvons cet appel à tout quitter pour suivre le Christ. Cette proposition à travers cet évangile, pourtant, n’est pas faite qu’à quelques-uns mais à tous les disciples qui se mettent à la suite du Christ, c’est-à-dire à tous baptisés. Les termes que Jésus emploie en sont même scandaleux : ne pas prendre le temps d’enterrer son père ou manquer d’affection pour ceux qu’on n’aime en ne leur disant pas aurevoir. Pour bien comprendre cela et ne pas se méprendre, il nous faut regarder qu’est-qui m’attache tellement que je ne peux vivre ma vocation de baptisé. C’est de cela que le Christ nous invite à nous détacher. Quels sont les attitudes de mort qui nous empêchent de vivre ; quelles sont les peurs, les craintes qui nous retiennent pour ne pas risquer à vivre pleinement notre baptême ? Il peut exister des vocations radicales à la St François d’Assise et elles font signes mais la plupart du temps, le Christ nous invite à tout laisser pour le suivre dans nos lieux de vies habituelles. Oser retisser des liens par un bonjour avec un collègue, un voisin, un membre de notre famille, n’est-ce pas abandonner un peu de notre amour propre blessé pour sortir d’un monde mortifère ? Suivre le Christ comporte toujours spirituellement, une part de détachement mais celui qui n’essaie pas, peut passer à côté de son bonheur.

Nous remercions vivement le père Michel Paquereau , prêtre du diocèse de Luçon, pour le partage de ce texte
COMITÉ NATIONAL des 15 et 16 Juin 2019 "Les apôtres : la joie de l'envoyé"

COMITÉ NATIONAL des 15 et 16 Juin 2019 "Les apôtres : la joie de l'envoyé"

SAMEDI:
Partage de la Parole en carrefours :
« La foi des Thessaloniciens en l’Evangile (1Th 1,1-7) »
Remontée des synthèses des carrefours par les rapporteurs
Tour des régions
Congrès 2020

DIMANCHE :
Eucharistie à la chapelle
Faire vivre aujourd’hui l’Église (réflexion en carrefours)
Merci au Père Michel Paquereau notre aumônier qui cède la place à Clément Jung
Vie du mouvement
Prière et envoi

BEL ÉTÉ à TOUS

Les DATES à VENIR :

  • Assemblée Générale :
    12 et 13 OCTOBRE 2019 à ISSY les MOULINEAUX
  • Comités Nationaux et Rappel du Congrès :
    7 et 8 DÉCEMBRE 2019 Maison de la Salle , rue de Sèvres Paris 7ème
    14 et 15 MARS 2020 lieu à définir
    Congrès du 21 au 24 MAI 2020 :info Congrès
    13 et 14 JUIN 2020 (CN) lieu à définir
    14 et 15 NOVEMBRE 2020 (CN) lieu à définir

« A mes brebis, je donne la vie éternelle Edition du 12 mai 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10,27-30

En ce temps-là,
Jésus déclara :
« Mes brebis écoutent ma voix ;
moi, je les connais,
et elles me suivent.
Je leur donne la vie éternelle :
jamais elles ne périront,
et personne ne les arrachera de ma main.
Mon Père, qui me les a données,
est plus grand que tout,
et personne ne peut les arracher de la main du Père.
Le Père et moi,
nous sommes UN.

commentaire

ENSEMBLE DANS L’INTIMITE DE JESUS .

Ce passage d’Evangile nous situe dans l’affrontement des autorités religieuses de l’époque avec Jésus sur son identité. Jésus affirme : « Le Père et moi, nous sommes un. » Et il leur dit : « vous ne me croyez pas, car vous ne faites pas partie de ceux qui s’ouvrent à moi. Eux, je les connais et ils écoutent ma voix. »
Dans la Bible connaître signifie : découvrir, aimer, se donner, s’unir pour donner la vie. Jésus aime tous les hommes et donne sa vie pour la multitude, afin de leur donner la vie pour toujours. Il est un ami fidèle, un compagnon de route.
Ecouter signifie : recevoir, faire sien, se laisser pénétrer pour accueillir la vie et la façonner. Les croyants sont invités à partager l’intimité de Jésus. Ils lisent, méditent sa Parole. Ils marchent avec lui dans la confiance, la sérénité et le dynamisme. Dans sa main ils trouvent repos et assurance.
Et bien plus, Lui le Fils Unique de Dieu, il conduit tous les croyants dans la main du Père. Ainsi, en affirmant sa filiation au Père, il fait de tous les croyants les enfants de Dieu.
Comme nous y invite le Pape François dans « La Joie de l’Evangile » n°267, « Unis à Jésus, cherchons ce qu’il cherche, aimons ce qu’il aime. Au final, c’est la gloire du Père que nous cherchons, nous vivons et agissons <à la louange de sa grâce> (Eph. 1,6).

Nous remercions vivement le père Daniel Baron , prêtre du diocèse de Nancy, pour le partage de ce texte

« Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson » Edition du 5 mai 2019

fresque XIXème-Capoue-Italie

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 21,1-19

En ce temps-là,
Jésus se manifesta encore aux disciples
sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.
Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre,
avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau),
Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée,
et deux autres de ses disciples. Simon-Pierre leur dit :
« Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent :« Nous aussi, nous allons avec toi. »Ils partirent et montèrent dans la barque ;or, cette nuit-là, ils ne prirent rien. Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus leur dit : « Les enfants,
auriez-vous quelque chose à manger ? »Ils lui répondirent :  « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! »
Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau. Les autres disciples arrivèrent en barque, traînant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une  centaine de mètres. Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. Jésus leur dit : « Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. »Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré. Jésus leur dit alors : « Venez manger. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur. Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson. C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples. Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment? »Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. »
Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »

Commentaire

Faire vivre aujourd’hui l’Eglise confiée à Pierre par Jésus-Christ.
Lorsque Jésus invite les pharisiens à détruire le Temple et qu’en trois jours, il le relèverait, tous pensent qu’il s’agit du temple de Jérusalem, alors que Jésus parlait de son Corps. De même, quand St François entend l’appel du Christ à rebâtir son Église, face au crucifix de la petite église délabrée de Saint Damien près d’Assise, à la toiture éventrée, il croit dans un premier temps qu’il s’agit de cette chapelle. Mais très vite en voyant un pauvre, il comprend qu’il s’agit de l’Église, Corps du Christ ressuscité, que nous sommes tous ensemble, nous baptisés, nous chrétiens, disciples et Corps de Jésus Christ.
Au moment où nous sommes témoins attristés par ce dramatique incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris, il est légitime et important de restaurer notre patrimoine afin de ne pas perdre la mémoire de notre histoire. Toute cette émotion et cette solidarité doivent nous rappeler que ce joyau architectural, spirituel, culturel et historique doit être le souvenir de notre mission de chrétiens dans le monde : être acteur de dialogue, de tolérance, d’écoute, d’Amour et ainsi devenir acteur de beauté, d’unité et d’harmonie spirituelle là où nous vivons. Être des ressuscités dans le monde, vrai trésor qu’est le Christ, et Jésus Christ Ressuscité, afin de restaurer également et avant tout l’Église Corps Vivant du Christ. Que ces merveilleuses cathédrales, héritage et patrimoine de notre passé spirituel et historique, nous aident à nous souvenir que nous devons être rayonnants du Visage du Ressuscité.
. Laurent Begin, prêtre du diocèse de Nancy
Le Comité National (CN) des 30 juin et 1er juillet 2018 30 juin 2018

Le Comité National (CN) des 30 juin et 1er juillet 2018 30 juin 2018

Partage de la parole, Marc 2,1-12 en la matinée;

Poursuite de la  journée par l’accueil des nouvelles de la vie des régions, fournies par nos responsables régionaux.

Pour notre rassemblement 2020, La phrase « ENTRONS DANS LA JOIE DU CHRIST » a été retenue.

Commentaire de « Ensemble faire vivre l’espérance de laudato si »  par Annick Faye à partir d’une analyse du père Bruno–Marie Duffé lors d’une conférence donnée en février 2018 pour le CCFD-TS à laquelle Annick et André Faye ont assisté.