+33 1 45 51 60 55 vea@vea.asso.fr

Z-Actualités en page d’accueil



« Il enseignait en homme qui a autorité » Edition du 31 Janvier 2021

EVANGILE​. de Jésus Christ selon saint Marc (1, 21-28)

​Jésus et ses disciples entrèrent à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit impur, qui se mit à crier : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. »
Jésus l’interpella vivement : « Tais-toi ! Sors de cet homme. » L’esprit impur le fit entrer en convulsions, puis, poussant un grand cri, sortit de lui. Ils furent tous frappés de stupeur et se demandaient entre eux : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. » Sa renommée se répandit aussitôt partout, dans toute la région de la Galilée.

 

COMMENTAIRE

La scène se déroule à Capharnaüm, à la synagogue. Jésus parle et avec autorité, soulignent ses auditeurs, frappés par cet enseignement nouveau. L’autorité, étymologiquement, signifie ce qui permet de grandir : il s’adresse à chacun, c’est un langage nouveau qui interpelle.                                             Jésus  agit : il libère un homme de l’esprit impur. Il vient redonner à chacun sa dignité, le mettre debout, le sortir de tout ce qui l’empêche d’être vraiment humain. Jésus  pose question : qu’est-ce que cela veut dire ? Cette nouveauté  invite à  un regard neuf  sur toutes choses, à  une vie  « autre ».             Cette manière de faire de Jésus nous indique un chemin  pour nous, ses disciples. Parler et agir vont de pair, c’est la condition de notre crédibilité. Pour parler, il faut d’abord savoir écouter ce que Dieu nous dit, ce que nos concitoyens disent,  pour agir en conséquence. Il faut aussi  savoir nous laisser questionner. Savons-nous nous  étonner, nous  émerveiller devant la nouveauté  de la Parole,  la richesse de la vie,  la beauté  de la création, devant un sourire ? Alors, nous serons témoins et acteurs d’espérance  et peut-être  notre vie de chrétien  posera-t-elle  aussi question à  celles et ceux que nous rencontrons.

 

Nous remercions vivement le père Clément Jung , prêtre du diocèse de Metz, pour le partage de ce texte

« Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » Edition du 24 Janvier 2021

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Marc (1, 14-20)

Après l’arrestation de Jean le Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Passant le long de la mer de Galilée, Jésus vit Simon et André, le frère de Simon, en train de jeter les filets dans la mer, car c’étaient des pêcheurs. Il leur dit : « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Jésus avança un peu et il vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean,
qui étaient dans la barque et réparaient les filets. Aussitôt, Jésus les appela. Alors, laissant dans la barque leur père Zébédée avec ses ouvriers, ils partirent à sa suite.

 

COMMENTAIRE

L’arrestation de Jean-Baptiste a été un signe pour Jésus : il prend le relais.                        
Jean-Baptiste a été quelqu’un d’important  dans la vie  de Jésus. C’est lui  qui  a fait découvrir  à Jésus quelle était sa mission. D’ailleurs, la  première prédication  de Jésus  est   en continuité  avec  celle  du Précurseur : c’est un message de conversion et de proximité du Royaume de Dieu. Puis il s’en distinguera  en ne restant pas au désert, en allant au milieu du peuple, en annonçant un Dieu de miséricorde : c’est avec lui, Jésus, que les promesses  messianiques s’accomplissent.                                                                                                        
 Et sa première initiative sera d’appeler des disciples à venir à sa suite et à prendre part à sa mission : 4 pêcheurs. Il les rencontre naturellement, en longeant la mer de Galilée, sur leur lieu de travail. Aussitôt il les appela…aussitôt ils le suivirent. Je retiens ce mot : aussitôt. C’est étonnant ! C’est quelque chose de radical. Cette radicalité ne concerne pas seulement le temps : un appel et une réponse rapides ; elle touche aux racines  de la personne, ce qui la fonde, ce qui la fait vivre.                                                                           
Quels signes percevons-nous dans nos vies, dans nos équipes, pour trouver notre chemin ?  Nous laissons-nous toucher  par l’appel du Seigneur –qui continue aujourd’hui- et dans  notre réponse,  jusqu’au plus profond de nous ? La rencontre du Seigneur  transforme toujours : elle est chemin de vie et de bonheur. Le Seigneur compte sur nous !

 

 

Nous remercions vivement le père Clément Jung , prêtre du diocèse de Metz, pour le partage de ce texte
CONGRÈS de 2020-à-2022 Entrons dans la joie du Christ

CONGRÈS de 2020-à-2022 Entrons dans la joie du Christ

 CONGRÈS 2022 : Nouvelles de la préparation

QUAND : du Jeudi de l’Ascension  26 MAI à 14h au Dimanche 29 MAI 2022 à 14h

: Valpré (69) Ecully – Lyon (à confirmer car prévu initialement pour 2021)

QUOI : voir les projets d’invitation et d’affiche ci-contre (à confirmer)

COMMENT : Avec la participation de tous les membres VEA des RÉGIONS.

PROCHAINES ÉCHÉANCES ::

  • Pré-inscriptions : Suite des pré-inscriptions disponibles dans le VE n°433 d’Aout-Septembre. Ces préinscriptions sont nécessaires pour l’organisation du congrès. retournées pour OCTOBRE 2020, accompagnés d’un acompte de 70€, par l’intermédiaire des représentants diocésains et régionaux.
  • Les acomptes versés suite aux pré-inscriptions fin 2020 seront remboursés par VEA au plus tôt
  • Les INSCRIPTIONS auront lieu du 07/12/2021 au 31/01/2022. (dates à confirmer)

« Ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui » Edition du 17 janvier 2021

ÉVANGILE de Jésus Christ selon saint Jean (1, 35-42)

En ce temps-là, Jean le Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples. Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. »
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus. Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ? » Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi).
André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus. Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ. André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre.

 

COMMENTAIRE

J’aime bien ce Jean-Baptiste posant son regard sur Jésus qui allait et venait et qui laisse partir ses deux disciples. Il ne joue pas au gourou, ne retient pas autour de lui : il désigne Celui qui vient, l’Agneau de Dieu. « Que cherchez-vous ? » Une question à laquelle répond une autre question : « Où demeures-tu ? », suivie d’une invitation surprenante : « venez et vous verrez » Jésus ne fait pas de discours d’explication, il invite à une expérience de vie. « Que cherchons-nous ? » Beaucoup, en ce temps de restrictions  imposées, ont dit : ce confinement nous a rendus attentifs à ce qui est essentiel. Par  exemple, le fait d’être privés de liens, nous a fait redécouvrir toute leur importance. Jésus invite à une expérience de vie et c’est une expérience de rencontre, qui conduit à la joie. Il en est de même pour nous. C’est par nos rencontres quotidiennes, diverses et variées, en présenciel ou en distanciel, que nous progressons dans la foi et la fraternité. Nous aussi pouvons dire : venez avec nous, dans notre équipe, dans notre Eglise, dans notre association…venez et vous verrez. Mais que donnons-nous à voir ? C’est une grande question, à laquelle il nous faut répondre ensemble, en Eglise.                                                                                                                                 
 Ce récit nous met  dans une belle ambiance  de liberté, de recherche, de joie.

 

 

 

 

Nous remercions vivement le père Clément Jung, prêtre du diocèse de Metz, pour le partage de ce texte