+33 1 45 51 60 55 vea@vea.asso.fr

Z-Actualités en page d’accueil



« Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem » « Je te suivrai partout où tu iras » Edition du 26 juin2022

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 9, 51-62)

Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. Il envoya, en avant de lui, des messagers ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem. Voyant cela, les disciples Jacques et Jean dirent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu’un feu tombe du ciel et les détruise ? » Mais Jésus, se retournant, les réprimanda. Puis ils partirent pour un autre village. En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. » Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. » Il dit à un autre :
« Suis-moi. » L’homme répondit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. » Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. » Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. » Jésus lui répondit : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »

« 

COMMENTAIRE

« ‘’ Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. ‘’ Lc 9,51-62 51- 
Jésus sait qu’en allant à Jérusalem, ses jours sont comptés : IL va vers sa Passion et la Croix. Mais IL y va résolument, librement, et c’est pour nous. Jésus a déjà vécu quantité de renoncements.
À Jérusalem, IL lui faudra renoncer à fuir la souffrance humaine atroce, la mort corporelle, à la gloire d’ici-bas. Beaux exemples pour nous que ces renoncements déterminés. Les disciples les découvrent en réponse à leurs réactions.
Jésus nous enseigne comment LUI, Dieu, aime notamment par les renoncements
– à la condamnation, à la violence sur ceux qui ne sont pas d’accord avec nous. Jésus nous réprimanderait, car Dieu est Tout-Amour, Rien-qu’ Amour et miséricorde.
– à regarder le Service avant son confort : priorité absolue à servir Dieu ET à servir les humains pour servir Dieu.
– à choisir d’abord la mission reçue. Cela déculpabilise lorsqu’il nous faut faire un choix.
– aux regrets. Oui, il y a des arrachements qui font mal, mais c’est pour devenir encore plus libre du don de notre vie. Comme le dit Paul : ‘’ le Christ nous a libérés. Alors tenez bon. ‘’ Ga 5,1,13-18 
Et notre bonheur là-dedans ?
La liberté de l’Amour d’abord et toujours, avant tant de choses humaines, par ailleurs agréables, mais qui risquent de nous rendre esclaves si l’on n’y prend pas garde.
‘’ Pfff ! Difficiles, les renoncements. ‘’ Certes, mais n’oublions pas le Chemin tracé pour nous par Jésus : c’est pour VIVRE dans le bonheur et la splendeur de Dieu, éternellement.
Alors, ils deviennent des victoires pour notre vraie liberté. ‘’ Merci Seigneur ! ‘’

 

Nous remercions vivement le diacre Grégoire Rousseleau , diacre du diocèse de Nantes., pour le partage de ce texte

« Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés » Edition du 19 juin 2022

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 9, 11b-17)

En ce temps-là, Jésus parlait aux foules du règne de Dieu, et guérissait ceux qui en avaient besoin. Le jour commençait à baisser. Alors les Douze s’approchèrent de lui et lui dirent : « Renvoie cette foule : qu’ils aillent dans les villages et les campagnes des environs afin d’y loger et de trouver des vivres ; ici nous sommes dans un endroit désert. » Mais il leur dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répondirent : « Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons. À moins peut-être d’aller nous-mêmes acheter de la nourriture pour tout ce peuple. » Il y avait environ cinq mille hommes. Jésus dit à ses disciples : « Faites-les asseoir par groupes de cinquante environ. » Ils exécutèrent cette demande et firent asseoir tout le monde. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction sur eux, les rompit et les donna à ses disciples pour qu’ils les distribuent à la foule. Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés ; puis on ramassa les morceaux qui leur restaient : cela faisait douze paniers

 

COMMENTAIRE

« Jésus parlait aux foules du règne de Dieu et guérissait ceux qui en avaient besoin. » Lc 9, 11
IL parle ET agit auprès de ceux qui ne se considèrent pas ‘autosuffisants’.
Nous, pour être nourris de l’essentiel et guéris de tous nos manques d’amour,
tout autant que dans nos corps, approchons-nous de Lui.
Rassasiés comme les disciples, Jésus nous interpelle, nous,
pour aller servir et donner Sa Nourriture, en suivant ses recommandations.
À nous d’exécuter sa demande de prendre soin des autres, tout comme Lui le fait.
Et, « Jésus lève les yeux au Ciel, IL bénit les pains, les rompit et les donna » Lc 9, 16.
C’est ce qui se vit aujourd’hui dans le Repas Eucharistique.
C’est son Corps et son Sang qu’IL offre.
Et rien ne doit être perdu, pas une miette de ce que Dieu donne, depuis La Création.
Car, c’est le Don volontaire du Corps et du Sang du Christ dont nous nous nourrissons
pour que nous puissions, comme Lui, servir, par donner, donner par-dessus l’offense, la haine.
Le partagerons-nous équitablement dans le courant ordinaire de nos vies ordinaires et en tous lieux ?
Jésus nous invite à l’imiter « Faites cela en mémoire de Moi. » Lc 22, 19
Imitons l’Amour du Christ-Dieu pour tous et nous à l’égard de tous,
car ’’le Règne de Dieu ne s’accommode pas du « chacun pour soi »‘’ N. QUESSON
En effet, c’est à nous que Jésus fait cet honneur de commander : « Donnez-leur vous-mêmes à manger » Lc 9, 13.
‘’ Jésus veut nous faire découvrir que nous avons des ressources insoupçonnées …
mais à condition de tout reconnaître comme Dons de Dieu.’’ M-N. THABUT.
Merci Seigneur !

 

 

 

Nous remercions vivement le diacre Grégoire Roussseleau, diacre du diocèse de Nantes, pour le partage de ce texte

« Tout ce que possède le Père est à moi ; l’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître » Edition du 12 juin 2022

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 16, 12-15)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »….

 

COMMENTAIRE

Le bébé naissant entend les voix de son papa, de sa maman, ressent les mains douces ou rugueuses : mais ce n’est qu’un même amour. Il n’est pas apte à tout porter d’un coup.
Qui est grand face à Dieu ? D’où le mot de Jésus « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter ». Nos pauvres contenants (nos cœurs) sont bien petits pour toute cette Vérité d’Amour divin.
Ouf ! « L’esprit reçoit ce qui vient de Moi pour vous le faire connaître ». Cet Esprit de vérité est le lien indéfectible du dialogue Père-Fils, Jésus étant dans le Père et le Père en Jésus. Dans cette unité d’Amour, rien n’est caché.
Aussi, « L’Esprit vous conduira dans la vérité tout entière ». Notre doux Jésus parle de nous y conduire pas à pas, à notre rythme. Joie énorme d’en être les destinataires, libres de l’accueillir pour le vivre concrètement et en actes envers nos sœurs et frères en humanité, TOUS.
À ceux qui cherchent Dieu, L’Esprit parle. IL ne peut tout dire d’un coup. Mais, toute la vie, IL est là, systématiquement présent. Si nous y sommes attentifs, IL sait nous inspirer le meilleur. C’est le mystère de la foi dans lequel nous progressons. Comme c’est bon !

 

 

Nous remercions vivement le diacre Grégoire Rousseleau, diacre du diocèse de Nantes, pour le partage de ce texte

« L’Esprit Saint vous enseignera tout » Edition du 5 juin 2022

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Jean (14, 15-16.23b-26)

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous. Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.
Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »….

 

COMMENTAIRE

Quel rapport entre Pentecôte et retour de congrès VEEA ?
Celui d’être emplis d’énergie et pas n’importe laquelle.
C’est Le Souffle divin de l’Esprit ET la joie profonde d’être accompagnés dans les événements de la vie, dans les bons, les moins bons et surtout, dans les plus difficiles.
Par amour du Christ, gardons donc Ses Paroles, Ses Commandements Jn 14,15 qui nous nourrissent parce que Le Père ne cherche que notre bonheur.
Une preuve, c’est qu’IL nous envoie Le Défenseur Jn 14,16 qui nous enseignera tout Jn 14,26.
Tout ? Oui, … si nous Lui permettons de demeurer chez nous Jn 14,23.
Mais ça, c’est notre liberté intime.
Nul doute qu’IL sera toujours présent pour nous défendre dès que besoin et pas toujours comme nous l’imaginerons. Car son objectif est : le meilleur pour chacune de ses créatures.
Continuons donc d’entrer dans La Joie du Christ, cela nous fait tellement de bien, et n’oublions pas : aimons-LE de toutes nos forces en nos sœurs et frères.
Belle Fête de la Pentecôte. Jn 14,1

 

 

 

Nous remercions vivement le diacre Grégoire Rousseleau, diacre du diocèse de Nantes, pour le partage de ce texte

« Qu’ils deviennent parfaitement un » Edition du 29 mai 2022

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Jean (17, 20-26)

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :
« Père saint, je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. »

 

COMMENTAIRE

« Père…, je veux… » Étonnant ce ton presque péremptoire dans la bouche de celui qui a pourtant reconnu lui-même qu’il n’était pas venu pour faire sa propre volonté, mais celle de celui qui l’a envoyé, et qui, par ailleurs, nous a vivement encouragés à faire de même : « Quand vous priez dites… que ta volonté soit faite… »
Alors, y aurait-il là comme une fronde de la part de Jésus à l’égard de son Père ? Non, bien sûr !
Bien loin d’être un signe d’émancipation, ce « je veux » révèle plutôt une parfaite unité : le Père et le Fils sont tellement un qu’il n’y a aucune divergence de vues entre les deux. En réalité, le « je veux » du Fils ne fait qu’exprimer la ferme volonté du Père.
Or, justement, la volonté commune du Père et du Fils, c’est que tous nous ayons part à leur unité, c’est à dire que tous nous ayons part à leur plénitude de vie, à leur plénitude de joie… à leur plénitude d’Amour : « Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi ».
Bienheureux « volontarisme » divin qui nous maintient dans l’espérance du salut malgré toutes nos limites !

 

Nous remercions vivement le diacre Denis Charroin, diacre du diocèse du Puy en Velay, pour le partage de ce texte