+33 1 45 51 60 55 vea@vea.asso.fr

Z-Actualités en page d’accueil



« Baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » édition du 26 Mai 2023

EVANGILE selon St Matthieu (Mt 28, 16-20)

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez leur à observer tout ce que je vous ai commandé.
Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

COMMENTAIRE

Le mystère de la Trinité que nous fêtons aujourd’hui est le mystère central de notre foi. C’est « au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit » que nous avons été baptisés.
Dieu Trinité, c’est Dieu-communion, Dieu-relation, par le Père, par le Fils, par l’Esprit. Dans ce qu’il fait pour nous, dans notre vie et notre histoire, il nous donne d’avoir part à ce qu’il est en lui-même de toute éternité et à son amour. C’est Dieu qui rejoint l’homme par le Fils et c’est l’homme qui connaît Dieu et vit de Dieu en son humanité par l’Esprit.
Tout cela afin que, par l’amour de Dieu répandu dans nos cœurs, nous nous fassions les porteurs de cette espérance au cœur du monde. Remplis de l’Esprit Saint, nous vivons de la Bonne Nouvelle de l’Amour de Dieu et nous en témoignons.
Cette mission, c’est celle de l’Eglise. Le sacrement de l’Eucharistie nous fait vivre cette communion, cette unité qui nous fait Corps du Christ.  Amen.

Nous remercions vivement le père René Dissard , prêtre du diocèse de Poitiers, pour le partage de ce texte.

« L’Esprit de vérité vous conduira dans la vérité tout entière » édition du 19 mai 2024

EVANGILE selon St Jean  (Jn 15, 26-27 ; 16, 12-15)

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous allez rendre témoignage,
car vous êtes avec moi depuis le commencement.
J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

COMMENTAIRE

 Les disciples révèlent au monde les fruits de l’Esprit, nous, dans la joie de cette fête, il nous revient de faire écho aux paroles des apôtres, de vivre de l’élan de Dieu, de sa force de création.
Naître à l’esprit, c’est l’appel qui retentit depuis le matin de Pâques. Cette renaissance ne nous appartient pas. Elle est don de Dieu depuis notre baptême.
L’Esprit, pour goûter la présence de Dieu, pour entrer dans le mystère des Écritures, pour reconnaître Dieu dans la nature et dans l’histoire, pour persévérer dans le don de soi, témoigner, discerner. En regardant en nous, mais aussi dans notre société et notre monde, comment ne pas repérer les lieux et les situations où nous avons besoin de faire la vérité contre les mensonges et les faux-semblants.
L’Esprit travaille, met la diversité de nos charismes au service de ce Corps qui nous fait enfants de Dieu.
Ce Corps c’est la communauté chrétienne, c’est l’Eglise. Sachons témoigner avec ténacité et justesse à notre monde de cet Esprit de vérité nommé, avec le Père et le Fils, dans l’Evangile. AMEN.

Nous remercions vivement le père René Dissard , prêtre du diocèse de Poitiers pour le partage de ce texte

« Qu’ils soient un, comme nous-mêmes » édition du 12 mai 2024

 

EVANGILE selon St Jean  (Jn 17, 11b-19)

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.
Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné.
J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie.
Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés.
Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde.
Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais.
Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde.
Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité.
De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »

COMMENTAIRE

La liturgie, en ce dimanche entre l’Ascension et la Pentecôte, nous propose de lire la grande prière du Christ, « Père Saint ». Cette prière rejoint celle du Notre Père, « Que ton nom soit sanctifié ».
Être dans le Nom du Père, comme le Fils, c’est naître dans l’Esprit à cette vie d’enfant de Dieu, c’est être engendré en Lui, c’est être fils dans le Fils.
Nous cessons de nous considérer à partir de nous-même pour regarder Dieu à partir de Lui.
Réaliser un peu d’amour dans nos relations humaines, dans notre vie professionnelle ou au sein de nos familles, c’est réaliser ici-bas un peu de cette chaleur divine qui est le secret de la Trinité. Nous savons les combats et les joies du quotidien pour que vive cet amour qui accueille, qui pardonne, qui redresse.
Au cœur de ce monde que Dieu aime mais qui est travaillé par les forces du refus, de l’intérêt, du mensonge, le Père nous garde et nous sanctifie quand nous écoutons la prière de Jésus.
Et le premier signe que nous donnons à Dieu de cette harmonie profonde avec son dessein, c’est notre vie en Eglise. Consacrés par une même vérité, les disciples vont être un comme sont un le Père et le Fils. Amen.

Nous remercions vivement le père René Dissard , prêtre du diocèse de Poitiers pour le partage de ce texte.

« Jésus fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu » edition du 9 mai 2024

EVANGILE selon St  Marc (Mc 16, 15-20)

En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit :
« Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné.
Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »
Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu.
Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile.
Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

COMMENTAIRE

L’Ascension marque le départ de l’Église,  elle reçoit sa mission. Cela nous le recevons des témoins que sont les apôtres et nous le transmettons. L’Esprit anime le chemin de l’Eglise. Ce sont nos mots de la foi, ce sont nos actes d’Eglise qui nous rendent témoins. Cette langue nouvelle aime la vie, elle aime le don.
L’Eglise est toujours en train de commencer, au XXIème siècle comme aux premiers jours. « Proclamez l’Evangile à toute la Création. » Cette Parole nous fait entrer dans un dynamisme de communion qui nous éveille, qui nous rassemble, qui nous envoie.
Il y a une Bonne Nouvelle pour l’humanité, il y a une Bonne Nouvelle pour la Création, voilà notre responsabilité. Et peut-être qu’en ces temps de gravité, de questionnement, de rétablissement des priorités pour cette Création et notre humanité, c’est cette espérance en acte, dans notre joie, dans nos partages, dans notre prière qui peut nous faire dire : « Il est avec nous. »
Amen.

Nous remercions vivement le père René Dissard , prêtre du diocèse de Poitiers pour le partage de ce texte.