+33 1 45 51 60 55 vea@vea.asso.fr

Z-Actualités en page d’accueil



« Il siégera sur son trône de gloire et séparera les hommes les uns des autres » Edition du 22 novembre 2020

 

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Matthieu (25, 31-46)

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.
« Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli; j’étais nu, et vous m’avez 

habillé; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi!”
« Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli? tu étais nu, et nous t’avons habillé? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi?”
« Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”
« Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli; j’étais nu et vous ne m’avez pas habillé; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.”
« Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service?”
« Il leur répondra : “Amen, je vous le dis, chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait.”
« Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

COMMENTAIRE

L’évangile de ce dimanche du Christ Roi nous convoque à la charité, si nous voulons recevoir en héritage le Royaume des cieux.
Le pape François, dans son message pour la quatrième journée mondiale des pauvres qui aurait pu être largement célébrée dimanche dernier par de nombreux gestes si le confinement ne nous avait pas contraint à rester chez nous, avait pour thème: « tends ta main aux pauvres Si 7, 32 » . Le pape, reconnait « qu’il est difficile d’avoir le regard tourné vers les pauvres mais qu’il est plus que jamais nécessaire pour donner à notre vie personnelle et sociale, la bonne direction. C’est à dire: « d’engager concrètement la vie, animée par la charité de Dieu ».
Saint Paul nous y invite aussi : « Mettez-vous, par amour au service les uns des autres »; de même ben Sira: « Ne te détourne pas de ceux qui pleurent » et l’auteur affirme encore: « N’hésite pas à visiter un malade ». Autant d’attitudes envers nos frères et sœurs que l’évangile nous dit aller finalement au Christ.
 N’est-ce pas précisément là, Vivre Ensemble l’Evangile Aujourd’hui?
Ensemble, c’est à dire avec les pauvres et les affligés, mais aussi avec tous ceux qui tournent leur regard vers les pauvres et avec Jésus lui même, l’unique serviteur.
Fêtons joyeusement et concrètement cette solennité du Christ Roi en espérant recevoir en son temps en héritage, le Royaume préparé pour l’humanité depuis la fondation du monde.

 

Nous remercions vivement Joël Jolain, diacre du diocèse de Troyes, pour le partage de ce texte

« Tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup » Edition du 15 novembre 2020

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Matthieu (25, 14-15.19-21)

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.
Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : “Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.”
Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : “Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.”
Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : “Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.” Son maître lui répliqua : “Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !” »

COMMENTAIRE

     Confiance ou peur? 
Cette parabole nous interroge sur notre relation à Dieu.  Jésus nous décrit deux façons opposées de gérer notre vie soit dans la confiance soit dans la méfiance.
A ce Dieu qui nous fait largement confiance nous pouvons répondre par une confiance égale ou nous pouvons nous faire une fausse image de lui, avec le risque que la peur régisse nos choix.
Dieu nous laisse entièrement libre. Il nous fait une confiance inouïe. Il nous laisse toute sa fortune, c’est à dire l’amour qu’il a pour chacun de nous. A chacun selon ses capacités et sans aucune consigne. Nous sommes libres de gérer sa fortune selon notre propre initiative.
C’est vrai qu’il faut de la confiance pour se mettre, sans y être forcé, à faire fructifier des talents. Il faut parier sur la bienveillance du maître. Ce que n’a pas pu faire le troisième serviteur ! Il a eu peur, il s’est méfié. A quoi bon agir et se démener quand on ne croit pas à la valeur de ce que l’on fait ? Notre vie de foi se joue là, entre confiance et méfiance.
A La fin de la parabole, le maître ne reprend pas ses talents. Il les laisse aux serviteurs fidèles. Travailler pour Dieu et travailler pour nous c’est pareille car Dieu ne nous est pas extérieur.
Une phrase pourtant peut nous inquiéter « A celui qui n’a rien on enlèvera même ce qu’il a. » En fait, aucun des trois serviteurs n’a quoi que ce soit au début de la parabole. Tout leur est donné. Celui qui n’a rien à la fin, est celui qui n’a rien su créer avec ce qu’on lui avait confié.
L’Évangile, à longueur de pages, nous invite à produire, à porter du fruit et à créer. Y sommes-nous prêts?

 

 

Nous remercions vivement Joël Jolain, diacre du diocèse de Troyes, pour le partage de ce texte

« Voici l’époux, sortez à sa rencontre » Edition du 8 novembre 2020

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Matthieu (25, 1-13)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile. tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : ‘Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.’ Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : ‘Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.’ Les prévoyantes leur répondirent : ‘Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.’ Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : ‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !’ Il leur répondit : ‘Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.’ Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

 

COMMENTAIRE

Veiller, être prévoyant
Deux expressions qui en somme n’en font qu’une. Etre prévoyant c’est se tenir prêt et donc être en éveil, mais comment?
La parabole qui met en scène les 10 vierges nous interroge sur ce que nous faisons et ce que nous sommes pour nous préparer à la venue du Seigneur? Autrement dit: ma réserve d’huile à moi, c’est quoi?
A chacun sans doute sa réponse selon son âge, sa condition de vie, ses compétences. Pour certains c’est se tenir prêt dans la prière. Pour d’autres ce sera d’être attentifs aux fragilités de ceux qu’ils aiment. Ou encore se rendre disponible aux attentes de nos frères proches ou éloignés. Ce serait peut-être aussi de s’enrichir chaque jour du message de l’évangile et le mettre en pratique. Toutes  ces attitudes et bien d’autres qui nous mettent en lien avec le Seigneur.
Et puis, la question du partage de la réserve d’huile qu’avait faite les vierges prévoyantes est une autre interrogation. Mais peut-on partager avec d’autres le temps, la disponibilité, la relation que nous avons eu avec le Seigneur?
Les cinq vierges prévoyantes nous laissent entendre qu’on ne peut pas être prévoyant à la place des autres. Par contre ne pourrions-nous pas aider nos frères à faire eux aussi leur réserve d’huile?
Tenons-nous prêts! Sinon quelle douleur ce serait de s’entendre dire: « je ne vous connais pas »

 

 

Nous remercions vivement le Joël Jolain, diacre du diocèse de Troyes, pour le partage de ce texte.

« Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! » Edition du 1 novembre 2020

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Matthieu (5, 1-12a)

En ce temps-là, voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait :
« Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.
Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront        rassasiés.
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! »

 

COMMENTAIRE

        TOUS APPELES A LA SAINTETE
En ce jour de la Toussaint, comme les disciples de Jésus nous nous approchons de lui sur la montagne où il nous attend pour nous enseigner le chemin qui conduit au Royaume.
Et ce chemin est un chemin de joie comme nous l’indique la litanie des bonheurs décrits dans ce passage d’évangile. Elle nous renvoie à nos attitudes quotidiennes et à notre disponibilité pour emprunter le chemin tracé par Jésus. Un chemin d’humilité où nous sommes invités à la pauvreté des cœurs, à la douceur, à être artisan de paix et de justice etc., non pas par contrainte mais par choix et obéissance à l’évangile.
Il ne s’agit pas d’être heureux de souffrir, mais heureux de répondre aux appels du Seigneur.
Le père Denis Sonnet, qui était prêtre du diocèse de Troyes et formateur de conseillés conjugaux au CLER disait : « le Christ n’a pas dit :.. heureux les sans famille, les sans amour, les laissés pour compte de l’amour…le Christ a dit: …heureux ceux qui ont aimé les pauvres, images du Christ et présence pour eux du Christ… »
C’est sur ce chemin de sainteté où nous sommes tous appelés- nous rappelle le pape François- à nous faire pèlerin du bonheur, pèlerins joyeux en marche vers le Royaume.
« réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse car votre récompense est grande dans les cieux »
Bonne fête à tous

 

Nous remercions vivement Joël Jolain , prêtre du diocèse de Troyes, pour le partage de ce texte

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même » Edition du 25 octobre 2020

EVANGILE  de Jésus Christ selon saint Matthieu (22, 34-40)

   En ce temps-là, les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l’un d’eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’il y a dans l’Écriture – dans la Loi et les Prophètes – dépend de ces deux commandements. »

 

COMMENTAIRE

Dans sa concision l’Evangile rassemble toute la profondeur des Ecritures. Cette page oblige à tenir ensemble l’amour de Dieu et l’amour du prochain, à faire exister le frère avec la même passion que nous mettons à exister nous-même dans l’amour de Dieu. Deux commandements : l’un ne remplace pas l’autre, mais ils s’éclairent pour la seule finalité qui est l’Amour.
De manière pratique, chaque jour, il nous faut choisir. Il est une théorie de l’amour du prochain, ou une pratique de cet amour, qui en viendrait à se passer de Dieu, comme il est une doctrine de l’amour de Dieu qui oublierait le prochain. Pourtant, malgré les difficultés théoriques et pratiques, la vie de Jésus nous montre un autre chemin. Le disciple du verbe incarné s’ouvre à une recherche qui vise les deux réalités : un amour du prochain prolongeant l’intimité personnelle avec le Seigneur, et un amour de Dieu dont l’authenticité se vérifie dans la rencontre fraternelle.
Le Règne de Dieu, dit une espérance que le Christ nous a apportée et qu’il nous demande de porter au monde. Nous continuons l’œuvre de Dieu. Aimer Dieu, s’aimer soi-même et aimer son prochain devient un même et unique mouvement de Vie. Amen.

 

Nous remercions vivement le père René Dissard, prêtre du diocèse de Poitiers, pour le partage de ce texte