+33 1 45 51 60 55 vea@vea.asso.fr

Z-Actualités en page d’accueil



 » Dieu fera justice à ses élus qui crient vers lui » Edition du 20 octobre 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 18,1-8

 

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples une parabole
sur la nécessité pour eux
de toujours prier sans se décourager :
« Il y avait dans une ville
un juge qui ne craignait pas Dieu
et ne respectait pas les hommes.
Dans cette même ville,
il y avait une veuve qui venait lui demander :
‘Rends-moi justice contre mon adversaire.’
Longtemps il refusa ;
puis il se dit :
‘Même si je ne crains pas Dieu
et ne respecte personne,
comme cette veuve commence à m’ennuyer,
je vais lui rendre justice
pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.’ »
Le Seigneur ajouta :
« Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice !
Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus,
qui crient vers lui jour et nuit ?
Les fait-il attendre ?
Je vous le déclare :
bien vite, il leur fera justice.
Cependant, le Fils de l’homme,
quand il viendra,
trouvera-t-il la foi sur la terre ?

commentaire

La parabole que Jésus utilise dans ce passage d’évangile nous met en présence de deux personnes que tout oppose. D’un côté un juge, sans justice autrement dit au dessus des lois et qui ne crois pas en Dieu, et de l’autre une veuve, et donc, une femme totalement démunie qui vient demander que justice lui soit rendue contre son adversaire.
Jésus emploi cette parabole pour redire à ses disciples qu’il faut toujours prier sans se décourager.
C’est ce que fait la veuve. On ne peu pas dire que sa prière ait amené le juge à une conversion dans le sens de se tourner vers Dieu. En fait c’est plus pour être tranquille que pour rendre justice à la veuve dont rien ne dit qu’il ai compris la demande. Mais pour elle le résultat est là.
Ne sommes-nous pas parfois dans la situation de la veuve et à d’autres moments dans celle du juge?
Osons-nous, comme cette veuve, insister jusqu’à obtenir ce qui est juste?
Nous laissons nous convaincre par la vérité de l’autre comme ne le fait pas ce juge?
Dieu, lui, exauce notre prière quand elle est juste c’est à dire : ajustée à sa justice.

 

Nous remercions vivement Joel Jolain, diacre du diocèse de Troyes, pour le partage de ce texte

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE VEA des 12 et 13 Octobre 2019 à Issy les Moulineaux La Joie du Christ

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE VEA des 12 et 13 Octobre 2019 à Issy les Moulineaux La Joie du Christ

SAMEDI:
Intervention du Père Clément Jung à partir du verset (Lc 10,21) : « A cette heure même, Jésus tressaillit sous l’action de l’Esprit » Voir le texte
Partage en carrefours :

  • Dans le contexte actuel, Comment oser la joie?,
  • Comment comprendre la joie du Christ?,
  • Comment entrer dans la joie du Christ? puis
  • Quelle est-elle cette joie :  pour moi?, pour celles et ceux que je rencontre?, Qu’est-ce qui m’aide à la vivre, à la développer?
  • Comment me parle « la joie du Christ »?
  • L’intervention du Père Clément apporte-telle un éclairage?
  • questions restantes au Père Clément Jung

L’Après-Midi :  Ateliers:

  • Communication avec le site VEA
  • La parole de Dieu dans nos révisions de vie
  • Autour du renouvellement des équipes

Questions à l’intervenant

CONGRES 2020 : Le point sur la préparation

DIMANCHE :
Eucharistie à la chapelle
AG – les rapports-Appel pour les Régionaux-Elections
Communication FIHC
Communication sur le VE
l’Après-midi

Résultat des votes
Les PROJETS du mouvement
CR des ateliers du WE

Bienvenue au Père Clément Jung, notre nouvel Aumônier National au sein de l’Equipe d’Aumonerie Diversifiée (ENAD)
Vie du mouvement
Prière et envoi

Les DATES à VENIR :

Comités Nationaux et Rappel du Congrès :
7 et 8 DÉCEMBRE 2019 (CN) à la Maison de La Salle , rue de Sèvres, Paris 7ème (75341)
14 et 15 MARS 2020 (CN) à la Maison de La Salle , rue de Sèvres, Paris 7ème (75341)
Congrès du 21 au 24 MAI 2020 : info Congrès
13 et 14 JUIN 2020 (CN) à l’Enclos Rey à Paris 15ème
14 et 15 NOVEMBRE 2020 (CN) à définir.

CONGRÈS 2020 Entrons dans la joie du Christ

CONGRÈS 2020 Entrons dans la joie du Christ

CONGRÈS 2020 : Nouvelles de la préparation

 

QUAND : du Jeudi de l’Ascension  21 MAI à 14h au Dimanche 24 MAI 2020 à 14h

 

: LA POMMERAYE (49 – Maine et Loire) : Les jardins de l’Anjou

 

QUOI : voir les projets d’invitation et d’affiche ci-contre

 

COMMENT : Avec la participation de tous les membres VEA des RÉGIONS.

 

PROCHAINES ÉCHÉANCES ::

 » Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu! » Edition du 13 novembre 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 17, 11-19

En ce temps-là,
Jésus, marchant vers Jérusalem,
traversait la région située entre la Samarie et la Galilée.
Comme il entrait dans un village,
dix lépreux vinrent à sa rencontre.
Ils s’arrêtèrent à distance
et lui crièrent :
« Jésus, maître,
prends pitié de nous. »
À cette vue, Jésus leur dit :
« Allez vous montrer aux prêtres. »
En cours de route, ils furent purifiés.
L’un d’eux, voyant qu’il était guéri,
revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix.
Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus
en lui rendant grâce.
Or, c’était un Samaritain.
Alors Jésus prit la parole en disant :
« Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ?
Les neuf autres, où sont-ils ?
Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger
pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! »
Jésus lui dit :
« Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »

Commentaire

Il aura fallu une bonne dose de foi à ces dix lépreux pour oser franchir les limites de la loi; pour le samaritain plus que les neuf autres. Mais à 10 ils sont plus forts, ils s’épaulent, car leur démarche est très risquée.
Leur désir est simple, Ils veulent guérir. Guérir de cette maladie qui les exclus de la société des hommes. La loi leur ordonne de se tenir à l’écart. Il leur a fallu affronter les interdits dus à leur lèpre, sortir du parc qui leur était destiné et plutôt que de crier « impur, impur », demander la guérison. Ils croient que Jésus va les guérir. Ils ont confiance, ils sont forts.
Des lèpres, aujourd’hui il y en a d’autres et des gens tenus à l’écart aussi. Tous ceux que notre société refuse. Nous les connaissons sans trop vouloir les voir.
Nous avons aussi nos propres lèpres. Osons-nous affronter le regard des autres? Restons-nous parqués dans nos limites? Avons nous assez de foi pour demander à Dieu de nous libérer? Et lorsque nous sommes libérés, considérons-nous que c’est normal ou avons-nous la simplicité, comme ce samaritain de dire merci et ainsi de pouvoir s’entendre dire « relève-toi et vas, ta foi t’a sauvé ».

Nous remercions vivement Joel Jolain, diacre du diocèse de Troyes, pour le partage de ce texte

 » Si vous aviez la foi » Edition du 6 octobre 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 17 5-10

En ce temps-là,
les Apôtres dirent au Seigneur :
« Augmente en nous la foi ! »
Le Seigneur répondit :
« Si vous aviez de la foi,
gros comme une graine de moutarde,
vous auriez dit à l’arbre que voici :
‘Déracine-toi et va te planter dans la mer’,
et il vous aurait obéi.
Lequel d’entre vous,
quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes,
lui dira à son retour des champs :
‘Viens vite prendre place à table’ ?
Ne lui dira-t-il pas plutôt :
‘Prépare-moi à dîner,
mets-toi en tenue pour me servir,
le temps que je mange et boive.
Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour’ ?
Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur
d’avoir exécuté ses ordres ?
De même vous aussi,
quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné,
dites :
‘Nous sommes de simples serviteurs :
nous n’avons fait que notre devoir’ »

Commentaire

L’évangile de ce dimanche nous donne deux enseignements : La foi ne se mesure pas en volume ou en durée même si nous pensons que nous pensons manquer de foi. Nous avons l’impression que d’autres ont vraiment la foi, bien plus que nous.
Non, Jésus nous redit que cela n’a rien à voir avec une question de quantité et l’exemple de la graine semée en terre dont nous avons tous fait l’expérience nous laisse admiratifs devant la merveille qui s’opère au moment de l’éclosion.
Oui il est grand le mystère de la foi comme est grand le phénomène de naissance d’une plante, d’un homme.
La foi nous est donnée. C’est un cadeau de Dieu. Ne réclamons pas un cadeau plus grand, prenons celui qu’Il nous offre.
Deuxième leçon: la gratuité du service.
Je me souviens d’un frère des écoles chrétiennes qui disait : un service c’est gratuit. Si tu l’as fait c’est que tu pouvais le faire. Si pouvais le faire tu devais le faire et comme tu devais le faire on ne te doit rien.
Voilà qui nous invite à ressembler au Christ qui donne sa vie gratuitement.
Ce qui est donné est gagné.

Nous remercions vivement Joel Jolain, diacre du diocèse de Troyes, pour le partage de ce texte