+33 1 45 51 60 55 vea@vea.asso.fr

Z-Actualités en page d’accueil



« Jésus fut tenté par Satan, et les anges le servaient » édition du 18 février 2024

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc  (Mc 1, 12-15)

Jésus venait d’être baptisé.
Aussitôt l’Esprit le pousse au désert
et, dans le désert,
il resta quarante jours,
tenté par Satan.
Il vivait parmi les bêtes sauvages,
et les anges le servaient.
Après l’arrestation de Jean,
Jésus partit pour la Galilée
proclamer l’Évangile de Dieu ;
il disait :
« Les temps sont accomplis :
le règne de Dieu est tout proche.
Convertissez-vous
et croyez à l’Évangile. »

COMMENTAIRE

« ‘’ 13 et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan.’’
Dans le désert :
Si souvent, il nous arrive de ne rien comprendre à ce que nous subissons.
Nous sommes comme dans un vide, un désert, déçus, et même déçus de Dieu.
Le doute, la colère, la jalousie surgissent. Nous sommes comme submergés, plein de questions :
Quel sens a ma vie ? Où vais-je ? À quoi bon ?
Dans ce désert du moment, et il y en a tout au long de notre vie, Satan le malin n’est pas loin, il rôde. Le tentateur est à l’affût. Il nous tente pour que nous abandonnions l’Espérance, la Lumière, l’Amour de Jésus-Dieu Notre Créateur, et donc : la foi.
C’est un combat spirituel : ou bien tenir à Jésus dans notre cœur  ou bien se laisser aller à la facilité sournoisement offerte par le monde ?
Ouf ! Jésus a passé par-dessus cette épreuve de la tentation, c’est pourquoi, dans la prière qu’IL nous a apprise, il nous demande de dire : « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».
Nous, tout comme Jésus, nous sommes souvent confrontés à cette épreuve où nous nous sentons comme abandonnés.
Catastrophe ? Non, de le savoir maintenant, de le reconnaître, cela nous invite à désirer mieux connaître Celui que les Anges servaient.

Les Anges :
Les Anges nous guident dans le désert qui est aussi un lieu de mise à l’écart du monde, du bruit, des publicités. Ce lieu peut être notre chambre, ou une église, ou tout simplement un temps de silence pour nous permettre de recevoir Dieu dans notre cœur : Jésus seul avec moi, moi seul avec Lui.
Mais quarante jours, c’est long.
Oui, c’est toute notre vie que nous avons besoin de Jésus.
Bonne Nouvelle : C’est Jésus qui sauve, pas la télé, pas les écrans, pas les machines, pas nous-mêmes.
Et comme c’est précieux de nous remettre en harmonie, grâce à Jésus, avec nous, avec la nature, avec le monde que nous avons le devoir d’aimer pour qu’il grandisse à nouveau dans l’amour.
Dans ces temps à l’écart, ‘’ au désert ’’, nous sommes servis par les Anges de Dieu. L’Ange le plus proche de vous est celui qui porte votre Prénom.
Nous pouvons lui parler sans crainte, lui demander de nous aider.
Je nous encourage à poursuivre ce chemin, à désirer rester dans son Amour immense.
Ce début de Carême, avec l’appel de Jésus ‘’ Convertissez-vous et croyez à l’Évangile.  ‘’ est une superbe occasion de progrès.

Nous remercions vivement Grégoire Rousseleau, diacre  du diocèse de Nantes, pour le partage de ce texte

« La lèpre le quitta et il fut purifié » édition du 11 février 2024

EVANGILE selon St Marc (Mc1,40-45)

En ce temps-là, un lépreux vint auprès de Jésus ; il le supplia et, tombant à ses genoux, lui dit : « Si tu le veux, tu peux me purifier. »
Saisi de compassion, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » À l’instant même, la lèpre le quitta et il fut purifié.
Avec fermeté, Jésus le renvoya aussitôt en lui disant :
« Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre, et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit dans la Loi : cela sera pour les gens un témoignage. »
Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville, mais restait à l’écart, dans des endroits déserts.
De partout cependant on venait à lui.

 

 

COMMENTAIRE

‘‘ J’ai osé, et je parlerai.’’

Notre lèpre étant tout ce qui nous empêche d’aimer partout et toujours ET Dieu ET chacune des personnes rencontrées physiquement ou par les informations des médias, comme le lépreux, oserons nous nous approcher de Jésus et Le supplier ?
Rien à craindre, Jésus se laisse toucher aux tripes.
Mieux, c’est Lui qui 41  étend la main, nous touche et dit : « Je le veux, sois purifié. »  ( Nous pouvons, ici, reconnaître le Sacrement de Réconciliation ).
La compassion de Jésus est infinie.
Surprenant, 43 ‘’ Avec fermeté ‘’, avec colère ou irritation selon les traductions, c’est que Jésus envoie l’homme vers le prêtre. Ce mot exprime ce que Jésus ressent face au mal, face aux maux de toutes sortes qui atteignent, blessent l’humain dans son corps, dans son âme.
Alors Jésus nous envoie en témoigner en Église, car en Église nous savons qu’il ne s’agit pas de magie. Mais, il peut être bon et utile d’en témoigner ailleurs, en famille, aux loisirs, au travail ou au bistro, car 45 ‘’ de partout certains viendront à Lui ’’.
Dieu, en Jésus, est venu et vient encore à la rencontre de tous les humains. IL se met à notre niveau, à notre portée.
Osons Le rejoindre, l’écouter, Lui parler, Le supplier de nous guérir, notamment de tous nos manques d’amour, et Lui crier nos souffrances du corps et de l’âme.
Et puis, osons témoigner de nos guérisons pour que 45 ‘’ de partout on vienne à Lui ‘’.
Par les temps qui courent, un changement de direction est salutaire, pour nous et pour tout le monde.
Notre Espérance est fort utile si elle est vivante.

Nous remercions vivement Grégoire Rousseleau , Diacre du diocèse de Nantes, pour le partage de ce texte.

« Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies » 4 février 2024

EVANGILE st Marc     (Mc 1, 29-39)

En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André.
Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre.
Aussitôt, on parla à Jésus de la malade. Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.
Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons.
La ville entière se pressait à la porte. Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.
Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait.
Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche.
Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. »
Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. »
Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons.

COMMENTAIRE

« ‘’ 29 Jésus sorti de la synagogue … 39 IL parcourut tout la Galilée, … proclamant La Bonne Nouvelle … expulsant les démons. ‘’
Rien que ça et tout ça à la fois, c’est ce à quoi est appelé le Chrétien, celui qui est avec, par et en Le Christ par son Baptême.
Sortir de la synagogue, de l’église, n’est pas pour rester dans sa bulle religieuse, mais c’est pour aller vers Jésus qui est en les autres. Nous avons fêté St Paul le 25 janvier. Jésus lui a dit : « Pourquoi ME persécuter ? » Actes 9,04 et 22,07. Oui, Jésus est en tous les humains.
 Parcourir toute la Galilée, car il n’y a pas de lieux infréquentables où La Bonne Nouvelle ne puisse être annoncée. Bien au contraire, Jésus est venu nous sauvés, TOUTES et TOUS.
Expulsant les démons, et ils sont nombreux en nous et autour de nous. Au bistrot, jeudi soir, toute la désespérance exprimée ne méritait elle pas d’être soignée, guérie ?
La Bonne Nouvelle se proclame par nos paroles qui montrent ce qui se vit de beau, de bon dans notre monde, par nos gestes et dévouements vécus par amour. La Bonne Nouvelle relève l’humain déchu, expulse les démons. Merci Seigneur de nous encourager par Tes Paroles de Vie. » 

 

Nous remercions vivement Grégoire Rousseleau  , diacre du diocèse de Nantes, pour le partage de ce texte