+33 1 45 51 60 55 vea@vea.asso.fr

« Ceci est mon corps, ceci est mon sang » Edition du 6 juin 2021

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Marc (14, 12-16.22-26)

Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l’on immolait l’agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent : « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour que tu manges la Pâque ? » Il envoie deux de ses disciples en leur disant : « Allez à la ville ; un homme portant une cruche d’eau viendra à votre rencontre. Suivez-le, et là où il entrera, dites au propriétaire : “Le Maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?” Il vous indiquera, à l’étage, une grande pièce aménagée et prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs. » Les disciples partirent, allèrent à la ville ; ils trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit, et ils préparèrent la Pâque. Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. » Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude. Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, dans le royaume de Dieu. » Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.

 

 

COMMENTAIRE

Nous avons deux grandes parties : les préparatifs et le repas.
Les préparatifs se déroulent selon un scénario, qui, sans être compliqué, nous indique que le repas
de la fête des pains sans levain va être tenu dans un lieu secret. Ça n’a rien à voir avec les
processions lors de la fête du Saint Sacrement, où le but recherché est exactement l’inverse, à savoir
la visibilité.
Une autre curiosité est que ce repas de la Pâque ne va pas se dérouler en famille. Apparemment, il
ne semble pas y avoir de femme, ni d’enfants non plus, où leur place est particulièrement
importante pour qu’ils s’approprient l’histoire de la libération d’Israël ! Drôle de Séder de Pessa’h !
Autre curiosité : tout au long des évangiles, la caractéristique première des disciples est de ne
jamais comprendre ce qu’il se passe et de douter. Là tout leur est clair et ce sont même eux qui
introduisent le scénario : « où veux-tu… ? » Ils savent que Jésus n’est pas chef de famille, avec
femme et enfants. Il est « Maître », sous-entendu de Sagesse.
Ce repas est non pas la fête de la Pâque, mais celui de la rupture avec l’histoire d’Israël. C’est un
nouveau commencement, comme on le chante dans la séquence proposée dans la liturgie « Lauda Sion ».

 

Nous remercions vivement le père Pierre Desrozier  , prêtre du diocèse de Toulouse, pour le partage de ce texte

« Baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » Edition du 30 mai 2021

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Matthieu ( 28, 16-20)

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

 

COMMENTAIRE

«  Allez  annoncer  à  mes  frères qu’ils  doivent  se rendre  en  Galilée : c est  là  qu’ils  me  verront. (Mt  28 , 10)
Ce texte  parle de la  dernière  rencontre de  Jésus    avec les  disciples.  Ceux -ci  ont  répondu à son invitation  faite  à  travers  , Marie  de Magdala  et  l autre  Marie  .
La  Galilée est le  lieu de la  rencontre.  Les  disciples  ne  disent rien  dans le  texte. Ils  se  prosternent  en voyant le  Ressuscité. Ils  écoutent  et acceptent  d être  envoyés  en mission.
Ils sont tous    sur la  montagne.  Peut être  celle de la Tentation  ou  celle de la  Transfiguration.
Seul Jésus  parle de  la  continuité de la  mission   reçue  de  son  Père   » tout  pouvoir  du ciel et de la terre(…) Allez !  sur ces mots il envoie les disciples ,   poursuivre  l’œuvre  du  salut. Galilée est  le  point de départ de la  mission , son but : baptiser  pour  que tous les  peuples  vivent  une  relation  profonde avec  le  Père,  le  Fils et  l ‘Esprit  Saint.
Le  Ressuscité  n’est pas  absent de la  vie  des disciples,  du peuple de  Dieu. Il  assure une présence  permanente.  » Je suis avec  vous  tous les jours  jusqu’à la fin des  temps.

 

Nous remercions vivement le père Julien Toungadio , prêtre du diocèse de Grenoble, pour le partage de ce texte

« L’Esprit de vérité vous conduira dans la vérité tout entière » Edition du 23 mai 2021

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Jean (15, 26-27 ; 16, 12-15)

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur.
Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement .J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

 

COMMENTAIRE

« L’esprit de vérité me rendra témoignage et vous conduira vers la vérité toute entière »
La fête de Pentecôte, où le peuple célébrait le don de la loi, et considérée par les chrétiens, qui ont reçu l’Esprit Saint, comme le début de l’église. Le thème de la connaissance tombe à propos.
la connaissance de la loi mène à la vérité, avec l’Esprit saint il s’agit de découvrir la Vérité qu’ est le Christ, qui sera annoncé au monde.
Par cette connaissance de la vérité, les disciples seront établis dans la communion avec le Père.
La connaissance est avec la foi, une autre porte pour entrer en communion avec Dieu.
L’esprit vient aussi restaurer la dignité perdue à cause du péché d’Adam qui voulait s’accaparer l’arbre de vie( Gn 2,9); désormais vie et connaissance sont données à ceux qui naissent à la vie nouvelle de Dieu.
La connaissance reçue par les disciples est une forme de sagesse qui éclaire leur vie morale et leur intelligence pour connaître Dieu à travers l’enseignement du Christ. A l’exemple de Philippe ils devront amener les nouveaux croyants à la compréhension des Ecritures (Ac 8 ,29-37).

 

 

Nous remercions vivement le père Jean Claude Ngoma , prêtre du diocèse d’Autun, pour le partage de ce texte

« Qu’ils soient un, comme nous-mêmes » Edition du 16 mai 2021

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Jean (17, 11b-19)

.

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie. Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »

 

COMMENTAIRE

Soyez dans la joie
Dans le monde restez fidèles à mes paroles 
Mon père vous gardera du mauvais 

Il n’est pas sans intérêt de redécouvrir, la prière  du Christ pour ses disciples. Ce qu’il veut pour ses disciples, il le souhaite aussi pour nous .
Il désire que ses disciples lui restent unis ; cette union se traduit  par la fidélité à sa parole , au centre  de laquelle  son nouveau commandement. ’Qui aime demande en Dieu’ dira st Jean.

Les disciples  sont dans le monde  tant que dure le retour du Christ. Ils sont ‘ maintenus’ dans le monde pour transmettre la lumière et l’espérance reçues et  amener le monde à proclamer la foi :
     «  Nous avons reconnu l’amour et nous y avons cru ».
Durant sa vie terrestre Jésus reconnais la fragilité de son petit groupe et le danger que représentent les destinataires de son message. Il parle avec réalisme de l’hostilité que devront affronter ses envoyés. C’est pourquoi au terme de sa vie il prie le père, de les garder du mauvais.

 

 

Nous remercions vivement le père Jean Claude Ngoma , prêtre du diocèse de d’Autun, pour le partage de ce texte

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » Edition du 9 mai 2021

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Jean (15, 9-17)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »

COMMENTAIRE

La fidélité au Christ se traduit par la fidélité à sa parole

 Jésus s’est offert sur la croix pour le salut de tous, désormais nul ne peut être exclu de cette lumière qui a jailli du tombeau. La résurrection fait éclater les limites de la religion de Moïse.

Dès lors les disciples de Jésus se doivent d’intégrer dans la communauté naissante de croyants les nouveaux convertis. L’Église née du côté du Christ reçoit mission de traduire dans les faits ce désir de Jésus de réunir dans le même enclos ceux qui écoutent sa voix : hommes ou femmes , juifs et non juifs.

C’est dans ce contexte que résonne l’appel de Jean,  «  aimez-vous les uns les autres ». Voici la norme qui devra régir la nouvelle église.

Dans ce texte considéré comme son testament Jésus énonce en quelque sorte les fondements de cette exigence: ’j’ai fais de vous mes amis’ cette identité devrait suffire à inciter les disciples à répandre le nouveau commandement.

C’est un appel qui nous est fait, aux baptisés d’aujourd’hui, de rester fidèles à la parole de Jésus, de faire croître son église, le nouveau commandement de l’amour.

 

Nous remercions vivement le père Jean Claude Ngoma , prêtre du diocèse d’ Autun, pour le partage de ce texte