+33 1 45 51 60 55 vea@vea.asso.fr

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,2-11

 

En ce temps-là,
Jean le Baptiste entendit parler, dans sa prison,
des œuvres réalisées par le Christ.
Il lui envoya ses disciples et, par eux,  lui demanda :
« Es-tu celui qui doit venir,
ou devons-nous en attendre un autre ? »
Jésus leur répondit :
« Allez annoncer à Jean
ce que vous entendez et voyez :
    Les aveugles retrouvent la vue,
et les boiteux marchent,
les lépreux sont purifiés,
et les sourds entendent,
les morts ressuscitent,
et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle.
Heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de chute ! »

Tandis que les envoyés de Jean s’en allaient,
Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean :
« Qu’êtes-vous allés regarder au désert ?
un roseau agité par le vent ?
Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ?
un homme habillé de façon raffinée ?
Mais ceux qui portent de tels vêtements
vivent dans les palais des rois.
Alors, qu’êtes-vous allés voir ?
un prophète ?
Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète.
C’est de lui qu’il est écrit :
Voici que j’envoie mon messager en avant de toi,
pour préparer le chemin devant toi.

Amen, je vous le dis :
Parmi ceux qui sont nés d’une femme,
personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ;
et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux
est plus grand que lui. »

 

Commentaire

Nuit de la prison, nuit du doute. Les paroles de jean Baptiste sont des paroles de vérification adressée à Jésus, elles sont les nôtres.

Jésus répond à Jean Baptiste par ses actes, il y répond par la dignité donnée à chacun dans ce nouveau royaume de justice, le plus petit reçoit toute la plénitude des enfants de Dieu.

Nous avons vocation à faire émerger les œuvres. de ce Dieu qui a choisi de naître là où il y a le plus de ténèbres. Osons accueillir en nos vies sa pauvreté, c’est là qu’il nous donne sa propre Vie

Le Seigneur agit moins de l’extérieur, arrangeant miraculeusement les problèmes, qu’il n’agit de l’intérieur. Mettre sa confiance en Jésus ressuscité, c’est accepter d’être vulnérable comme jésus l’a été jusqu’au don de sa vie. Nous voudrions une Eglise rayonnante: nous la voyons prise dans les remous de l’histoire

Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?”

Il n’y a pas d’autre Christ, il n’y aura pas d’autre Eglise. Le salut est là, offert par Dieu en visage d’hommes, en  langage d’hommes, en service d’hommes. Dieu nous surprend toujours par sa merveilleuse obstination à passer par l’histoire, à œuvrer dans l’histoire avec nous.

 

Nous remercions vivement René Dissard, prêtre du diocèse de Poitiers,  pour le partage de ce texte.

 

 

 

h2
»
span

Nombre de mots : 430 Non enregistré, l’éditeur n’est pas focalisé Dernière modification par VEA Administrateur, le 12 décembre 2019 à 16 h 50 min