+33 1 45 51 60 55 vea@vea.asso.fr

A Marie

Texte du papa François.

Vierge et Mère Marie, toi qui, mue par l’Esprit, as accueilli le Verbe de la vie dans la profondeur de ta foi humble…

Télécharger le texte

« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture » Edition du 27 janvier 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc


Lc 1,1-4; 4,14-21
Beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole.
C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s’est passé depuis le début, d’écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as entendus.
En ce temps-là,lorsque Jésus, dans la puissance de l’Esprit,revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues, et tout le monde faisait son éloge. Il vint à Nazareth, où il avait été élevé.
Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe.
Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction.
Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, a annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur.
Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.
Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre »

Commentaire

Les Paroles de Jésus que nous rapporte Luc ,puisées dans le Livre d’Isaïe, peuvent nous poser question : comment , aujourd’hui, peut-on porter la Bonne Nouvelle aux Pauvres , annoncer aux captifs leur libération, redonner aux aveugles la vue ? Quel culot ! Et pourtant, dès le début de la première communauté chrétienne, les disciples ont « créé la première soupe populaire ou le premier resto du cœur » pour permettre aux plus faibles de se nourrir et décharger les Apôtres qui vont pouvoir prêcher la Bonne Nouvelle. Au Moyen-âge, des communautés religieuses obtenaient la libération de certains captifs, St Vincent de Paul, au XVII ème siècle a été le premier aumônier des galériens, St Louis a crée l’Hospice des Quinze vingts pour les aveugles. Mais qui sont les pauvres, les captifs, les aveugles ? Ceux qui tendent la main parce qu’ils n’ont pas assez de ressources pour vivre décemment,
les détenus condamnés pour un crime ou un délit grave, des non voyants isolés chez eux ? Oui bien sûr, c’est évident. Mais nous oublions peut-être aussi qu’il nous arrive d’être pauvre de relation, d’amour, d’être prisonnier d’une addiction (tabac, alcool, médias), de ne pas voir dans les autres les valeurs dont ils sont porteurs ? C’est peut-être pour nous aujourd’hui l’occasion de faire révision de vie. La Bonne Nouvelle, ? c’est que nous sommes tous aimés de Dieu, le dire et se le dire c’est accomplir ce passage de l’Écriture que nous propose l’Église ce dimanche
Nous remercions vivement, Michel Marty, diacre du diocèse de de Troyes pour le partage de ce texte
Comme Jésus priait, après avoir été baptisé, le ciel s’ouvrit (Lc 3 ,  1 5 – 1 6.21 – 22)

Comme Jésus priait, après avoir été baptisé, le ciel s’ouvrit (Lc 3 , 1 5 – 1 6.21 – 22)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, le peuple venu auprès de Jean le Baptiste était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ.
Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. »

Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait, le ciel s’ouvrit.
L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus, et il y eut une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »

Commentaire

La Bible ne reprend jamais le mot Trinité, mais le passage d’Evangile de Luc de ce jour nous montre que tous les « ingrédients » y sont : nous voyons le Fils (qui prie) l’Esprit Saint (qui se manifeste sous une forme corporelle) Dieu le Père (qui s’exprime par la Parole). L’on dit souvent que le christianisme est la religion du Livre, il serait sans doute plus judicieux de dire que c’est la religion de la Parole. Dieu a parlé à ses Prophètes dès l’Ancien Testament qui fut longtemps transmis de façon orale.
Quand au Christ, il n’a rien écrit (sauf peut-être sur le sable devant la femme adultère), mais l’Eglise des premiers siècles a conservé précieusement ses actes et paroles. Aujourd’hui Le Père du Ciel nous parle encore, mais notre cœur, si nous n’y prenons pas garde, peut ne plus le percevoir à cause de nombreux obstacles que nous mettons entre Lui et nous (de manière inconsciente ?) : travail, argent,
médias envahissants, érosion des valeurs religieuses. Par son baptême le Christ est reconnu par le Père et inaugure ainsi sa vie publique. Jésus, venu nous faire connaître le visage et le message de Dieu
: l’AMOUR qui fait de nous des bien-aimés et des sauvés
Nous remercions vivement, Michel Marty, diacre du diocèse de Troyes, pour le partage de ce texte
Le Comité National (CN) des 30 juin et 1er juillet 2018 30 juin 2018

Le Comité National (CN) des 30 juin et 1er juillet 2018 30 juin 2018

Partage de la parole, Marc 2,1-12 en la matinée;

Poursuite de la  journée par l’accueil des nouvelles de la vie des régions, fournies par nos responsables régionaux.

Pour notre rassemblement 2020, La phrase « ENTRONS DANS LA JOIE DU CHRIST » a été retenue.

Commentaire de « Ensemble faire vivre l’espérance de laudato si »  par Annick Faye à partir d’une analyse du père Bruno–Marie Duffé lors d’une conférence donnée en février 2018 pour le CCFD-TS à laquelle Annick et André Faye ont assisté.